• Français
  • English
  • Deutsch
  • Italia

Intérêt de la juridiction du Belize en offshore :

Le Belize est une juridiction offshore en vue actuellement.
Le secteur bancaire offshore est en fort développement générant une part croissante de la richesse nationale du Belize.
C’est un paradis fiscal reconnu.

Des sociétés offshore s’adressant :

  • Aux entrepreneurs,
  • Aux consultants & conseillers,
  • Au commerce international,
  • Pour la détention de droits de propriété intellectuelle,
  • Pour la détention de biens mobiliers et immobiliers,
  • Pour les courtiers en Bourse & Forex.
DélaisJours
Constitution de la société5 – 8
Remise des documents sociaux originaux10 – 15
Ouverture des comptes bancaires15 – 20

Les avantages d’une société au Belize :

  • Les lois régissant les sociétés offshore au Belize sont souples et réduisent considérablement les contraintes de création et de gestion de ces sociétés,
  • Pas d’imposition (0%),
  • Pas de dépôt de comptabilité,
  • Anonymat des bénéficiaires économiques,
  • Ouverture de comptes bancaires offshore à distance possible,

Les inconvénients d’une société au Belize :

  • Le Registre du Commerce n’est pas accessible au public ; la procédure en vue de justifier de la propriété de la société offshore est assez longue,
  • Des sociétés offshore non conseillées aux entrepreneurs conduisant des opérations commerciales de haut niveau,
  • Lenteur des ouvertures de comptes bancaires offshore.

Soumettez-nous votre projet, nous saurons répondre à vos besoins.

Découvrez également :

– Une synthèse du droit des sociétés offshore au Belize,

– Une présentation de la juridiction au Belize,

– Les autres paradis fiscaux pour la création société offshore,

– Compte bancaire offshore pour votre entreprise,

– Anonymisation et sécurité sur le Web.

E-book mockup

Recevez un ebook contenant toutes nos juridictions

Partenaires de confiance
banking partners

Actualités

20 août 2017

L’intérêt du shadow banking

À l’heure actuelle, les courbes des indices et les bilans des banques ne suffisent plus à déterminer le risque réel du secteur financier

Navigation