• Français
  • English
  • Deutsch
  • Italia
E-book mockup

Recevez notre ebook contenant toutes nos juridictions

Nos Partenaires

banking partners

Facebook va lancer sa propre monnaie virtuelle : la Libra

Là où Google et Amazon ont diversifié leur activité, Facebook est en retard par rapport à ces deux concurrents. Le pionnier des réseaux sociaux cherche à trouver de nouveaux secteurs dans lesquels se développer et il semble enfin avoir trouvé un domaine qui l’intéresse : la monnaie virtuelle.

En effet, Facebook prévoit de lancer sa propre monnaie virtuelle le premier semestre 2020. Elle s’intitule Libra et ce qui est certain c’est qu’elle ne convainc pas tout le monde.

Libra comme liberté ?

Le nom choisi par Zuckerberg et son équipe fait aussitôt penser à la « liberté ». Pour autant, le responsable de Libra a affirmé que le nom s’inspire de l’unité de mesure de poids utilisée durant l’Empire romain dont est inspirée la Livre sterling. Il s’agit également du nom anglais pour désigner la constellation de la Balance.  Plus que la liberté, la Libra semble plutôt faire référence à la justice et à la monnaie.

Parallèlement à cette monnaie virtuelle, Facebook entrevoit aussi de lancer son propre portefeuille numérique qui s’appellerait Calibra. De même, une association à but non lucratif va également être fondée : la Libra Association. Installée à Genève, elle regroupera 27 organisations afin de mieux déployer sa monnaie virtuelle. Autrement dit, ce n’est pas Facebook qui génèrera cette nouvelle monnaie virtuelle.

Monnaie « Blockchain », mais axée sur la stabilité

Comme toutes les monnaies virtuelles, la Libra s’appuiera sur la technologie Blockchain. Cependant, là où les cryptomonnaies sont très fluctuantes avec une valeur qui peut grimper très rapidement et chuter encore plus rapidement, Facebook vise une monnaie stable.

Le cours de la Libra sera calculé en fonction d’un panier de monnaies mondiales. Ce cours devrait donc être particulièrement stable.

Cependant, pour le moment il ne s’agit que d’annonces et le fonctionnement de la cryptomonnaie Facebook semble encore un peu flou. Encore à ce jour, rien ne vaut la création d’une entité dans le cadre d’une stratégie d’optimisation fiscale internationale. L’avenir des crypto-monnaies est encore très instable, comme le montre la volatilité des cours (à la hausse…comme à la baisse!).

Vie-privée et cryptomonnaie : le mélange qui inquiète

Pour Zuckerberg et Facebook l’objectif de Libra est de proposer une monnaie virtuelle stable qui s’adresse prioritairement aux habitants de pays émergents ne disposant pas de compte en banque. Le but est aussi de rendre plus faciles les achats en ligne et notamment via Facebook, Messenger, WhatsApp et Instagram.

Quand on sait le nombre de données personnelles que récolte Facebook grâce à ses différents services et qu’une grande partie de son économie est aujourd’hui basée sur la vente de ces données, on peut être inquiet et sceptique concernant le projet Libra.

Facebook a indiqué qu’il n’utilisera pas les données récoltées lors des achats avec Libra pour proposer des annonces ciblées. Cependant, il est difficile de croire en cette affirmation étant donné le passé de l’entreprise.

De plus, les autorités de plusieurs pays européens ont déjà montré qu’elles craignaient que cette monnaie virtuelle soit utilisée pour des activités illégales et qu’elle pourrait faire de Facebook une sorte de banque non régulée.

La mise en place de Libra pourrait donc se confronter à plusieurs oppositions et malgré la puissance de Facebook, l’existence de Libra n’est pas encore assurée.

Posted in Actualités

Actualités

développer sa société offshore à Singapour

Singapour, terre d’accueil des capitaux offshore de Hong Kong ?

Depuis le mois de juin 2019, Hong Kong est en crise. A l’origine des manifestations qui s’enchainent dans la région chinoise, un projet de l

Navigation